Un ancien toxicomane accro au bénévolat

Mike Rapp kneels down with pet dog in front of him
by L'Armée du Salut
Share:

Mike a reçu un diagnostic de trouble de l’apprentissage à un très jeune âge et a toujours eu besoin d’aide et de soutien. Victime d’intimidation, il a trouvé refuge dans la drogue. Maintenant, Mike, qui ne consomme plus depuis neuf ans, est bénévole à l’Armée du Salut, une organisation qui a joué un rôle déterminant dans sa vie.

« Depuis que j’aide mon prochain, j’ai acquis un sens des responsabilités à l’égard d’autrui. En outre, en plus d’être motivé et de me sentir valorisé, je suis beaucoup moins préoccupé par mes problèmes », dit Mike.

« Je me sens valorisé. »

Dès l’âge de 10 ans, l’intimation et la brutalité faisaient partie du quotidien de Mike. La consommation de marijuana lui a permis d’être rapidement accepté au sein d’une bande locale.

« Je fréquentais les mauvaises personnes. Un professeur m’avait même dit que la marijuana était la porte d’entrée vers la consommation d’autres drogues. Je ne le croyais pas, mais à 15 ans, je prenais de la cocaïne, du crack et de l’ecstasy. »

Après avoir été « fidèle » à sa pipe à crack et à sa bouteille de vodka pendant plus de quarante ans, Mike a décidé de reprendre sa vie en main. Mais la route n’a pas toujours été facile. Ses troubles d’apprentissage le plongeaient dans la dépression. Puis, un jour où il était abattu, un ami qui était également son voisin l’a invité à servir le repas aux sans-abri à l’Armée du Salut.

« Je considère l’Armée du Salut comme ma deuxième famille. »

« Au départ, j’avais des doutes. Mais aujourd’hui, je considère l’Armée du Salut comme ma deuxième famille. »

Mike fait du bénévolat au poste de Burnaby, en Colombie-Britannique, et se sent privilégié de redonner à la collectivité en prenant soin des personnes itinérantes, en servant un verre d’eau aux clients ou en regarnissant les rayonnages de la banque alimentaire.

« Je fais ce qu’on me demande. S’il faut couper le gazon, je coupe le gazon. »

Le sourire des gens qu’il aide comble Mike de joie.

« Lorsque j’ai franchi le seuil de l’Armée du Salut pour la première fois, je me suis immédiatement senti bien. J’ai su alors que j’étais à la bonne place. »

Linda Leigh