L’histoire d’une dépendance

Norman serves a plate of food to clients at Belkin House
by L'Armée du Salut
Share:

Pour adoucir ses souffrances liées à l’abandon, à la trahison, aux sévices et à la violence psychologique, Norman a consommé de l’alcool et de la drogue pendant trente ans. Sa première rencontre avec ses petits-enfants a bouleversé les choses. Mais, comment Norman pouvait-il trouver le chemin de la guérison et rebâtir les ponts avec ses enfants?

Les effets dévastateurs de l’alcoolisme de ses parents

Dès son plus jeune âge, Norman a souffert de l’alcoolisme de ses parents. Il a été témoin de la violence qui régnait à la maison et de nombreuses visites de la police. À trois ans, il a été placé dans une famille d’accueil.

« Je ne me souviens plus très bien du nombre de familles d’accueil et de centres pour jeunes contrevenants dans lesquels j’ai été placé, dit Norman. Lorsqu’on m’a expliqué que je serais pupille de la cour et que le gouvernement prendrait les décisions à ma place, j’ai choisi de vivre dans la rue. Je n’avais que 13 ans. »

Jusqu’à l’âge de 40 ans, Norman a dormi dans des vestibules, sur des bancs de parc et dans des refuges, dont ceux de l’Armée du Salut où il a reçu des vêtements et de la nourriture. Estimant être une cause perdue, Norman ne ressentait pas le besoin de reprendre sa vie en main.

« Si je mène une vie saine aujourd’hui, c’est en raison des programmes, de la structure, des soins et de l’amour dont j’ai bénéficié. »

« Mon insatiable désir de consommer de la drogue et mes liens avec des bandes violentes et criminelles me condamnaient à une vie de douleur. »

Le courage de demander de l’aide

« Maintenant, ma vie ne ressemble en rien à celle que je menais autrefois, dit Norman, 45 ans. Lorsque j’ai rencontré mes petits-enfants, l’alcool et la drogue empoisonnaient mon existence. Je n’étais pas fier de mes choix. Je voulais être une influence positive dans leur vie. En 2016, j’ai demandé de l’aide et on m’a aiguillé vers la Belkin House de l’Armée du Salut, à Vancouver. »

« Ma vie ne ressemble en rien à celle que je menais autrefois. »

La Belkin House est un refuge de transition pour les personnes sans abri ou à risque de le devenir. Cet établissement moderne a été conçu pour permettre aux résidents de suivre des cours, de recevoir une formation et de profiter d’autres services comme du counseling. Les divers programmes offerts aux clients sont un tremplin vers une vie nouvelle.

« Avant d’aboutir à la Belkin House, je n’avais jamais reçu de conseils. À mon arrivée, je n’étais qu’une épave. Tout ce qui comptait pour moi était de vendre de la drogue afin de me procurer ma prochaine dose. Si je mène une vie saine aujourd’hui, c’est en raison des programmes, de la structure, des soins et de l’amour dont j’ai bénéficié. »

Guérison et transformation

Pendant son séjour de 23 mois à la Belkin House, Noman a participé à des ateliers de préparation à la vie active et de gestion de la colère, et à un programme de traitement des dépendances. Il a également suivi un cours de cuisine dispensé par le directeur des services alimentaires de l’établissement. En décembre 2020, il a obtenu un poste de cuisinier, à temps plein.

« Sans l’Armée du Salut, je serais sûrement mort. »

« La personne que je suis devenue est responsable, autonome, travaillante et sobre. Je suis heureux d’avoir choisi la Belkin House. Sans l’Armée du Salut, je serais sûrement mort. »

Linda Leigh