Un club de jeunes comble un fossé au sein des services communautaires

young, female, kids club participant is all smiles
by The Salvation Army in Canada
Share:

Au nord-ouest de Calgary, toutes les deux semaines, l’Armée du Salut organise gratuitement un club à l’intention d’une centaine de jeunes. L’activité vise à favoriser un sentiment d’appartenance à la collectivité, et permet à des jeunes de s’amuser, tout en sensibilisant la population aux services offerts par l’Armée du Salut.

« Il n’y a pas de centre communautaire dans le quartier ni d’activité ni d’endroit qui permettent aux enfants de se faire des amis, explique la capitaine Amanda Robinson, pasteure de l’église communautaire Berkshire de l’Armée du Salut. Notre club de jeunes contribue à rassembler les membres de la collectivité dans un environnement sécuritaire et inclusif. »

« La participation aux activités offertes dans le quartier entraîne des coûts, et certaines familles n’ont pas les moyens d’inscrire leurs enfants, raconte la capitaine Robinson. Par conséquent, cela diminue les occasions pour les jeunes de tisser des liens avec leurs pairs et d’acquérir de nouvelles compétences. »

Le club est ouvert à tous les enfants du quartier, de la maternelle jusqu’à la sixième année. Toutes les deux semaines, des bénévoles formés enseignent l’artisanat et supervisent d’autres activités. Des jeunes issus de différents milieux passent de bons moments ensemble, découvrent leurs talents et développent leurs qualités de chefs et leurs aptitudes en communication.

« Lorsqu’ils se sentent en sécurité, les enfants parlent ouvertement de leurs préoccupations, comme le manque de nourriture ou leurs difficultés à l’école ou dans la société, explique la capitaine Robinson. Nous travaillons étroitement avec les familles et leur procurons de l’aide concrète et les ressources nécessaires pour réussir.

« Le quartier compte un grand nombre de jeunes familles, poursuit la capitaine. À notre club de jeunes, nous organisons des soirées familiales pendant lesquelles on peut regarder des films ou s’asseoir à l’extérieur autour d’un feu de camp. Nous voulons faire en sorte que tous se sentent inclus, estimés et aimés. »