Mon beau sapin

Little girl places ornament on new Christmas tree
by L'Armée du Salut
Catégories: Articles, Blog, Feature, Mobile, Newswire
Share:

Grâce à un programme unique, l’Armée du Salut à Ottawa répand la joie de Noël auprès de familles de la collectivité.

Donner un sens à cette période de l’année

Lorsque j’ai commencé à travailler pour l’Armée du Salut, il y a trois ans, mon rythme habituel d’activité durant la période de Noël a complètement changé. À partir de la fin de semaine qui suit l’Action de grâce aux États-Unis jusqu’à la veille de Noël, la campagne Toy Mountain et celle des marmites de Noël de l’Armée du Salut ainsi que les défilés de Noël, notamment, me tiennent très occupée, mais je me réjouis à l’idée que des personnes seules et des familles à faible revenu de la région d’Ottawa pourront connaître les joies de Noël.

L’an dernier, Noël ne ressemblait pas du tout à ce que j’avais prévu. En 2020, la pandémie de COVID-19 a entraîné des répercussions sur tous les aspects de la planification des campagnes. Compte tenu des restrictions qui changeaient constamment, nous pouvions difficilement organiser des activités de grande envergure à l’avance.

« Les arbres de Noël ont contribué à apporter de la joie et du bonheur au moment où une année difficile prenait fin. »

Face à la réalité d’un Noël très différent, notre équipe a concentré ses efforts sur la manière dont nous pourrions donner un sens à la période des fêtes pour les familles de notre collectivité, en organisant de plus petites activités au lieu de nos traditionnelles rencontres à grande échelle.

Histoires marquantes

Nos services communautaires et d’aide à la famille ont notamment offert plus de 100 arbres de Noël artificiels lors de la distribution de paniers de nourriture.

« La pandémie a rendu les choses très difficiles pour de nombreuses personnes l’an dernier, explique Sandra Randall, directrice générale du Bethany Hope Centre de l’Armée du Salut à Ottawa. Les arbres de Noël ont contribué à apporter de la joie et du bonheur au moment où une année difficile prenait fin. »

« Nous allions renoncer à fêter Noël parce que nous n’en avions pas les moyens. »

En tant que membre de l’équipe des relations publiques, je voulais être présente lors de la distribution des arbres de Noël afin de constater par moi-même à quel point l’Armée du Salut égayait la période des fêtes des personnes dans le besoin.

« Un cadeau de Dieu »

En discutant avec des familles qui avaient reçu de l’aide, j’ai entendu dire à maintes reprises que, sans le soutien de l’Armée du Salut, celles-ci auraient dû se priver d’un arbre de Noël, de cadeaux et du traditionnel repas de Noël.

Au Bethany Hope Centre, un jeune parent m’a confié : « Nous allions renoncer à fêter Noël parce que nous n’en avions pas les moyens, mais cet arbre et ces décorations ont contribué à rendre ce Noël spécial. »

« Je n’ai pas fêté Noël l’an dernier parce que mon budget était trop serré », m’a raconté une personne qui a obtenu un arbre de Noël du poste de l’Armée du Salut de Picton, en Ontario. « Cette année, l’arbre de Noël réjouira assurément les enfants et nous mettra dans l’ambiance des fêtes! C’est très important pour mes petits-enfants et pour moi aussi. »

« Mes enfants insistaient pour avoir un arbre de Noël. J’ai dû leur dire qu’on n’en avait pas les moyens. »

Nous savons que l’Armée du Salut vient en aide à un grand nombre de personnes, en leur procurant de la nourriture, des vêtements ou du soutien sur le plan de l’éducation ou de la spiritualité, mais naïvement, j’étais convaincue qu’un arbre de Noël était un luxe dont certaines familles devraient se passer à Noël.

« Mes enfants insistaient pour avoir un arbre de Noël. J’ai dû leur dire qu’on n’en avait pas les moyens. L’an prochain, ça ira mieux. », m’a dit une mère de quatre enfants qui avait reçu de l’aide de l’Armée du Salut. Puis, un représentant de la citadelle d’Ottawa (une église communautaire de l’Armée du Salut) m’a appelée pour me demander si nous voulions un arbre de Noël. C’était un cadeau de Dieu! »

(à gauche) Heather Prystanski est coordonnatrice divisionnaire d’activités pour l’Armée du salut à Ottawa.

Photo : Kimberly Hoy